Le Web à Québec est un évènement qui, depuis 9 ans déjà, regroupe des participants de partout au Québec et dans le monde pour trois jours de conférences sur des sujets comme le marketing, l’innovation, le développement et le design.

Année après année, les organisateurs se surpassent pour offrir non seulement un contenu de qualité mondiale mais aussi du réseautage, des tables rondes et des 5@7 endiablés. C’est difficile de choisir parmi tout ce que j’ai recueilli comme information (7 pages dans mon cahier!) et vous en faire un résumé, alors je vous partage plutôt ce que j’en retiens de ces trois jours bien remplis!

Design de service

Un des sujets abordé plusieurs fois par les conférenciers mais également lors de mes discussions avec des collègues et amis est la notion de design de service. Pour moi, il s’agit de l’avenir de ma profession et la prochaine étape naturelle de mon cheminement.

Le design de service est une vision du design où nous observons l’ensemble des points de contact entre un individu et l’entité lui offrant un service spécifique. Cette approche peut s’appliquer à tous les domaines et à toutes les industries, car elle permet d’améliorer la satisfaction des clients ou utilisateurs sur l’ensemble de leur expérience avec la marque.

Par exemple, une clinique médicale pourrait appliquer ces notions pour améliorer le système de prise et de rappel de rendez-vous, l’ambiance de sa salle d’attente, le bonheur de ses employés et les suivis avec ses patients. L’objectif est d’observer l’ensemble d’un service et de proposer des solutions à des problèmes, même ceux qui n’ont rien à voir avec une interface ou la technologie.

Design de système

La différence entre le design de service et le design de système est le niveau de détail sur lequel le designer est appelé à agir. Lorsqu’il est question de design de système (ou encore d’écosystème), le designer considère l’ensemble des éléments, que ce soit des personnes, de la technologie, des interfaces, des services ou des lieux, comme étant sujet à évolution et amélioration.

Cette branche du design est utilisée, par exemple, lorsqu’une entreprise en acquiert une autre afin de regrouper des produits, des employés et des services sous le même toit. Le design de système permet d’observer les connexions entre les différents éléments, d’optimiser leur fluidité entre eux et de favoriser un changement positif dans l’ensemble du système.

«Do good (design)»

Il se pose de plus en plus de questions au niveau de l’éthique de design et de notre responsabilité, en tant que créateur, par rapport à ce que nous apportons à la société. Je vous ai déjà parlé dans un autre article de la communauté de UX, mais je suis heureuse d’avoir pu entendre les mêmes interrogations et positionnements au cours des derniers jours de la communauté du Web en général.

Pendant les trois jours du WAQ, plusieurs conférenciers ont abordés les enjeux d’impact social, de changement mondial, de sustainability et j’en passe. La chose que je retiens ici, c’est surtout que nous avons un impact sur nos compagnies, sur nos clients. Que notre vision du monde, à travers la lentille du design et surtout celle du design centré sur l’humain, doit servir à améliorer la qualité de vie de tous, universellement, sans discrimination ni préférence.

Nous avons le pouvoir de créer des produits, des services et des systèmes qui bénéficient à nos concitoyens et qui assurent un avenir meilleur à nos enfants. Je vous laisse avec cette citation de Dieter Rams:

Good design is as little design as possible.

Vous aimeriez en savoir plus? Dites moi le sujet qui vous intéresse le plus en commentaire & j’irai plus en détail dans un prochain article!

Leave a comment

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *